EDIT du 07/02/2017 : La note de blog qui suit date de 2013, pour tout ceux qui souhaiteraient participer cette année : merci de m'envoyer vos créations (textes, dessins, sculptures, photos...) à cette adresse : thais.aubert[at]hotmail.fr en précisant en objet "St Valentin 2017" + votre nom, et ce, avant le 13 février/midi. Toutes les créations seront affichées le 14 sur ce blog.
Merci d'avance à tous les participants :)

 

Ayant lancée mon idée de regroupement d'oeuvres sur l'amour un peu tardivement cette année, je ne m'attendais pas à avoir autant de participations que l'année dernière, 24 auteurs et créateurs ont pourtant répondu présent !

Merci à tous pour votre engouement ! Vos textes et créations sont un vrai plaisir pour les yeux.

Amis visiteurs, je vous laisse admirer ces merveilles et commenter si le coeur vous en dit. N'hésitez pas à visitez les liens de tous les participants pour découvrir d'avantage leurs univers respectifs.

 

Quand 25 créateurs de mots et d'images vous parlent d'amour :

 

On commence superbement avec Kathy Lecocq :

 

la balancoire

©2013, Kathy Lecocq
Son blog

 

Je craque totalement pour le texte de Mary-Ly Lau :

Ce jour, celui-là...

Un jour, une nuit. 

Aujourd'hui

Je suis-là

A toi, 

Rien qu'à toi...

 

Ce jour-là,

C'est le nôtre, 

C'est pour toi, 

Pas aux autres ; 

Non, pas les autres... 

 

Toi, rien que toi. 

Vois en moi

Mes silences, 

Mes regrets ; 

Mes souffrances. 

 

Mes non-dits, 

Mes oublis, 

Mes remords

Qui s'enfuient ;

Je souris. 

 

Tu me lis,

Tu entends,

Tu saisis

Mes moments

De délits. 

 

Ces moments 

Où la vie 

Me méprend, 

Me renie 

Complètement.

  

Avec toi, 

C'est sans loi, 

Avec foi 

Que je prie 

Ton amour 

A ce jour. 

 

Je te vois : 

Cette envie 

Qui me mord, 

Qui me plie, 

Qui me tord...

  

A toi, je cours. 

Tu lis 

Mon répit, 

Mon amour 

Pour la nuit.

  

Ce jour, cette vie, 

Ivresse, 

Ô folie ! 

Qui ne cesse, 

Qui me lie. 

 

Mon amour, 

Mon envie, 

Regard sourd 

Fine pluie, 

Cœur trop lourd.

  

Une peur. 

Attirance. 

La douleur 

De l'errance. 

Une crainte... 

 

Te perdre.

 

Et demain ? 

Et demain... 

Une plainte. 

Un chagrin.

  

La peur. 

Destruction. 

Aujourd'hui, 

Lui dire non. 

Je survis. 

 

Je le dis, 

Je le vis. 

Le vouloir, 

Et ce soir

 

Enfin, te dire oui !


©2013, Mary-Ly Lau
Son blog

 

La superbe sculpture de ma maman, Brigitte Arnaud :

dessins sept2006 009

©2013, Brigitte Arnaud
Son blog photo
Son blog créations 

 

Valérie Valentin, mon tandem jeunesse 2012, s'amuse avec le tautogramme :

Adélie la chauve-souris chevelue veut trouver un amoureux

 

C hauve-souris Chevelue cherchait chéri cérébral

E chevelée, elle errait, élégante en étole écrue et émeraude

« C her Cousin Corniaud, conseille cette cabotine cajoleuse »  

I ntima Ikebana,  insecte insouciant   

 

« N e nous noie nullement notre néogothique nana naïve

E n  élucubrations, Epagneul, elle est écartelée entre émois, ébats et élans ébouriffés »

S emie-Souris, si sensible, scrute sur son sentier si sa  sœur-âme sort soudain

T ortue ?  trop tordue, tu tournes, toupie tourmentée, ton tourbillon te terrasse tête-bêche

 

P oney ? pas possible pour papillonner par-delà prudes pervenches pas pimbêches,  

Alligator ? Alligator aime accras aux abattis à l’aïoli,  aïe, aïe, aïe

Serpent ? son sifflement susceptible sidère  sans séduire

 

U n ultramarin ? un Urugayen ?  un ultramondain ?

N on, nenni, nada, non, niet, nein !  nos noces noctambules notifieront nos nombreuses naissances

 

T aupe ? ton terrier trop terne te tracasse,  trop tranquille, tout  transport te terrifie

A beille ? authentique amie admet  Adélie ;  abominable amoureuse ajoute Adélie

U bu ? une union unique, utérinera(1) un usufruit utopique

T atou ? Trop tatillon ton truculent troubadour tatoué !

O ursin ? ou Ousititi ? Ou otarie ? Ou oppossun ? Ou ornithorinque ? ouille ouille ouille !

G irafe ? gigantesque gabarit, girouette géniale, galope gentiment !

R enard ? Rouquin rusé rode rêvant recette rôtie !

A nnonce ? « amoureuse aérienne attend amoureux attendri »

M eetic ? magique martingale murmure mes monts-merveilles ?

M ariage mirobolant, marmaille médusée, métissage magnifique

E ternelle énamourée, émet épuisé Epagneul  en éternuant (élégamment)

 

(1) entériner détourné en utériner 

©2013, Valérie Valentin
Son blog

 

Audie et ses mignonneries vous offre un mignon petit jeu :

carte-saint-valentin

©2013, Aude Menut
Son blog

 

Du rose pour la talentueuse Loli :

NounoursStValentin

©2013, Laurence Dechassey
Son site

 

Gaëlle K. Kempeneers nous offre le premier chapitre d'un roman prometteur :

L'étrange St Valentin de Marilou

1. La ronde des bisous
 
 
Des bisous !
Tout plein de bisous !
Des bisous tout doux !
 
Sur la bouche, la joue ou dans le cou…
 
Marilou, elle, en a marre de ces bisous qu’on voit partout !
À l’approche de la Saint-Valentin, les adultes deviennent tout sots et ne pensent plus qu’à se faire des bisous. Papa et maman s’aiment beaucoup. Et devinez ?
Ils se font des tonnes de bisous !
― Ben… Et moi alors ?
Maman sourit. Hop ! Un bisou pour Marilou ! Un sur la joue et puis, un comme les Eskimos, du bout du nez. Un pour du faux mais qu’on aime quand même.
― Moi aussi, je veux un namoureux !
Ah non alors ! Papa n’est pas d’accord !
― Tu es trop petite !
N’importe quoi ! Et d’abord, qu’est-ce qu’il en sait papa ?

Demain, elle se cherchera un namoureux !

©2013, Gaëlle K. Kempeneers
Son blog

 

Athinae nous propose un joli clin d'oeil à l'actualité :

projetthais

©2013, Athinae
Son blog
Sa page facebook

 

Vous aussi fondez devant le texte de Marie Wilmer :

Cœur de clémentine

Mon tit cœur tout mou dans son cocon fait des feux d’artifices.

À sa vue, il me fait courir sur un nuage, heureux, léger !

Chaque jour est à croquer comme un petit raisin doux et sucré.

À ses côtés.

Je franchis des sommets, je m’envole tout en haut de l’Himalaya.

Je ne suis plus tout à fait moi.

Je ne sais plus trop qui je suis.

Ça tambourine, ça tintamarre, ça carillonne, ça bourdonne, ça fanfaronne, ça cabriole !

Mon petit cœur tout mou dans son cocon court à vitesse grand V.

Je formule 1, nous formons 1.

Doucement comme de fines épluchures, il enlève mes peurs.

Me révèle, me fait revivre.

Moi et mon tit cœur de clémentine.

Doucement comme de fines épluchures, il fait disparaître mes frayeurs.

Lui, Moi, Nous et mon tit cœur de clémentine.

Deux iles perdues dans l’immensité.

Deux « il » qui du haut de nos tits cœurs de clémentine croquons l’Amour à grandes dents.

Passionnément.

©2013, Marie Wilmer
Son blog

 

Un joli tête à tête pour Kikoum :

lotofluv

©2013, Kikoum
Son blog
Son book

 

L'amour à la belle étoile chez Nicola Newlands :

SAINT VALENTIN BIS

©2013, N. Newlands
Son site
Son blog
Sa page facebook

 

 

Si je n'avais pas tant de projets en cours, je céderais facilement au texte de Zibulline :

Les doigts écorchés enserrent le mur parsemé de lierre

Les pierres de l’édifice cachent pour le moins un mystère

Les enfants de l’autre côté sont d’un autre monde

Leur cœur est écrasé, leurs silhouettes se confondent

 

Malo est là depuis que ses yeux se sont posés sur elle.

Elle qui parle avec de grands signes gracieux,

Ses gestes sont lents et ses mains enjouées

Elle apporte à Malo le soleil de ses journées

 

Au fond de ses yeux verts, Malo a vu une éclaircie

Et un petit quelque chose qu’il ne peut expliquer

Une souffrance trop grande pour une fille si jolie

Une blessure trop profonde que Malo rêve de tuer.

 

Alors Malo est là par pluie ou par beau temps

A attendre sur ce mur, à meubler ses journées

Jour après jour à la regarder attendant patiemment

Que ses mains daignent enfin se poser

 

Ce mur est à Malo une cachette, et ses doigts

connaissent chaque trou, chaque fissure, chaque endroit

Du mur de pierre, des yeux verts et de ces enfants

Qui vivent dans l’ombre de la peur des grands

 

Les yeux de Malo ne se ferment plus eux,

Depuis plusieurs jour, depuis qu’il s’est dit

Qu’il s’élancerais, enfin heureux

De lui avouer qu’elle était sa vie

 

Et ce jour là, encore une fois il pleut,

Les doigts avec espoir accrochent les pierres,

Sa voix s’écorche plus qu’il ne le veut

Et annonce en tremblant son Amour aux yeux verts

 

Mais la demoiselle tourne le regard,

La blessure revient au fond des yeux

S’excusant pourtant d’être autre part

Quand Malo rêve juste d’être eux deux

 

Mais le lendemain revient et sans paroles

De ses mains donne à sa copie une nouvelles forme

La transforme en avion et sous les yeux verts,

Fait s’envoler son Amour qui s’écrase à terre

 

L’avion déplié cache en secret

Ce que renferme un cœur naufragé

Et la plus jolie façon pour lui de l’avouer

Un dessin en rouge, un cœur, à la craie tracé

 

Les yeux verts sur lui sont posés,

L’avion est tombé face contre le pavé,

Un timide sourire s’étire soudain

Il est devant elle, il lui tend la main

 

Remontant sa main du ventre vers le coeur

Elle approcha ses lèvres de Malo rêveur

Lui faisant comprendre que dans un monde muet

Parler est un art autant que celui d’aimer

 

Elle refusa d’être muette. Pour lui.

Et dessina du bout de ses mains. Sa vie.

 

 

 

Il va les échanger coûte que coûte ses blessures

©2013, Zibulline
Ce texte est ouvert au binôme
Son blog

 

Un joli parc, du vent, un banc, il y a de l'amour dans l'air chez Grenille... :

st valentin 14 02 2013

©2013, Grenille
Son blog

 

Les nuages de Lam sont pleins de tendresse:

saint valentin

©2013, Lucie Mouniapin
Son book
Sa page facebook

 

C'est avec son propre coeur que Blablabla nous conte l'histoire d'un vieil homme :

LE CŒURDONNIER

C’était une boutique de mon quartier
Dans une petite rue mal éclairée
Elle était pourtant très fréquentée
Ouverte toute la journée
Toujours des clients dans l’entrée
De tout le pays, ils venaient
Pour se faire réparer

Dans la boutique de mon quartier
Un vieil homme travaillait
Du matin au soir sans s’arrêter
Il travaillait l’air concentré
Il rafistolait et raccommodait
Il retapait, ravaudait, rapiéçait
On l’appelait le cœurdonnier

Toute la journée, il recevait
Des cœurs malmenés, des cœurs brisés
Des cœurs malades et des cœurs gelés
Des cœurs qui avaient trop pleuré
Trop donné, trop hurlé
Des cœurs battus, des cœurs brimés
Des cœurs abattus d’avoir trop aimé

Il était docteur le cœurdonnier 
Et infirmière et couturier
Maman aussi. Et parfois même curé
Tous ces cœurs, il les soignait
Il les réchauffait, les dorlotait
Il les écoutait, les cajolait
C’était son métier au cœurdonnier

Tous les jours dans son atelier
Il coupait et ensemble cousait
Des fils de tendresse et d’amitié
Il suturait et assemblait
Des pièces de confiance et de paix
Il laçait l’amour et la gaieté
Sur tous ces cœurs fatigués

C’était son métier au cœurdonnier
Et son métier, il l’aimait
Il aimait voir des sourires se dessiner
Sur les visages de ses clients épuisés
Il aimait les observer
Voir la sérénité qui renaissait
Dans leurs yeux tourmentés

Quand un cœur enfin soigné repartait
Le vieil homme retournait dans l’atelier
Il prenait un cœur qui patientait
Et en sifflotant il recommençait
A rafistoler et raccommoder
A retaper, ravauder, rapiécer
C’était son métier au cœurdonnier

Dans la boutique de mon quartier
Dans une rue mal éclairée
Le vieil homme travaillait sans arrêt
Il redonnait du courage aux découragés
Et de l’espoir aux désespérés
C’était son métier au cœurdonnier
C’était son métier au cœurdonnier

©2013, Blablabla
Son blog

 

Julie Lecomte dans une mini BD pleine de douceur, l'amour ce n'est pas que pour les grands :

Premier amour

©2013, Julie Lecomte
Cette illustration est ouverte au binôme
Son blog

 

"L'amour nous libère" n'est-ce pas là un beau message que nous offre Osca Papillune  :

saint-valentin (1)

©2013, Osca Papillune
Son book

 

Difficile de ne pas se retrouver dans la définition de l'amour que nous fait Maminou :

L’Amour c’est avoir besoin de l’autre pour se sentir bien,c’est se comprendre à demi mot,c’est ne pas toujours être d’accord mais savoir discuter, et accepter ce que l’autre pense.
L’Amour c’est trouver une personne qui fait que la vie est plus douce,c’est tout partager ,sans secret, ni tabou ;c’est se faire confiance,accepter que l’autre ai des passions différentes et c’est être heureux de se retrouver après.
L’Amour, c’est se tenir la main devant la maladie,les problèmes et les soucis du quotidien.c’est soutenir l’autre et accepter que l’autre nous soutienne.L’Amour c’est accepter l’autre tel qu’il est,ses saute d’humeur et ses baisses de moral.C’est râler de ses défauts et l’aimer pour ses défauts.
L’Amour c’est regarder dans la même direction,être heureux du succès de l’autre,et se battre lorsqu’il y a des faiblesses.
L’Amour ,c’est ne jamais croire que tout est gagné, et savoir par petite touche mettre de la couleur sur le tableau que l’on peint.
L’Amour c’est construire ensemble un nouveau mode de vie.Faire des compromissions tout en sachant s’affirmer.
L’Amour,c’est, après des années, continuer à prendre des fous rires ensembles,oublier que le temps à passé et jouer comme deux enfants dans une cour d’école.Se regarder toujours avec le regard des premiers jours,plein de tendresse et d’admiration.Trouver qu’aucune personne ne lui arrive à la cheville.
Et puis,l’Amour, c’est ne plus pouvoir imaginer la vie l’un sans l’autre,sans cette complicité ,cette écoute,et espérer de toute ses forces que le grand sablier de la vie ne s'écoule pas trop vite.

©2013, Maminou
Texte ouvert au binôme
Sa page facebook

 

Magali Garot et ses doux renards amoureux ♥ :

Magali Garot Saint-Valentin

©2013, Magali Garot
Son blog
Sa page facebook

 

Une belle déclaration d'amour mais aussi de confiance et la tendre photo qui l'accompagne par Carmen Pennarun Boucher :

Mariage

 

C’est il y a trente quatre ans que notre enfant a vu le jour

Pour nous il était Prince dans la maison

Nous l’appelions notre petit loup

Tendrement, nous l’avons protégé. Lui, attendait un appel…

Non, pas l’appel de la forêt toute proche,

mais celui bien plus vaste à l’échelle de l’univers.

Était-ce déjà l’Amour ?

Celui dont on ne mesure pas l’étendue,

même si on sait très bien où il a commencé ?

 

L’amour trace son chemin dans le cœur de chacun.

Jeune, on s’y promène seul en rêvant à l’âme sœur.

Un jour, on s’aperçoit que deux sentiers fusionnent.

À nos côtés, une présence suit notre propre trajectoire.

Avec elle, c’est l’évidence, nos natures s’accordent

et la vie, enfin,  paraît plus souriante.

L’amour est cette présence espérée

qui comble l’absence ignorée.

En silence, il murmurait un nom : Kristin

 

L’amour ne choisit ni le temps ni l’espace pour se poser

Il ne se cherche pas il se trouve dans le courant… de la vie

 

Aimer, serait-ce déjà un désir de partir ?

Ce désir d’aller de l’avant qui te poussait  enfant

à poser des Pourquoi, à imaginer les réponses

en attendant de pouvoir les vérifier par toi-même

Les difficultés des départs jamais n’ont découragé ta marche

vers des horizons nouveaux et des découvertes passionnantes.

Oui

Il a bien fallu que tu partes, et nos  bras, progressivement,

ont desserré leur étreinte, se sont ouverts à cette vie

que tu devais construire en l’imaginant, pas à pas.

Kingston t’attendait et rien ne pouvait arrêter cet envol

ni l’amour de la famille, ni les menaces de pandémie

car d’autres bras se levaient – les rameaux de ton futur.

 

Aimer c’est bâtir un avenir à deux

un avenir qu’un simple  mot engage.

Oui

votre attachement s’est déjà forgé

au fil des années que vous avez vécues ensemble.

Le mariage est un refuge qui permet de voir plus loin.

Tel un phare, il  éclaire l’océan de la vie

et guide sûrement ceux qui s’en approchent.

De ce promontoire, les jours espèrent

des époux un cœur ouvert 

à la clémence et à l’amitié.

 

Oui

ce refuge est faisceau

il est flambeau

à l’avant de demain

et vos parents, à la lisière de ce serment,

vous abandonnent en confiance.


[lu à deux voix le 8 septembre 2012 à Emerson Inn – by the Sea - (Rockport, MA]

 

IMG_6128

 


©2013, Carmen Pennarun Boucher
Son blog

 

Du rouge passion pour Julie Grugeaux  :

love-love-love

©2013, Julie Grugeaux
Son site
Sa page facebook

 

L'amour nous donne des ailes et Alias l'illustre à merveille :

Les-amoureux

©2013, Alias
Son site
Sa page facebook

 

La petite phrase de Nessendyl se fait désirer en beauté :

Petite Phrase 

 

Tous l’ont prononcé un jour, peut-être même sans faire attention.

Elle est dans les têtes, les vies... et sûrement les âmes.

Pourtant, elle reste plus ou moins parfaite selon la modulation,

Allant parfois même jusqu'à être fausse s’il n’y a pas le charme ;

Ce petit pétillement qui rit dans les yeux, cet hymne étrange.

Dans le cœur mais pas toujours dans la bouche, ces mots effraient,

Par leur dureté, leur condescendance. Alors on les range

Loin des yeux loin du cœur, pour ne pas se faire mal ou s’émanciper.

Mais pourquoi lutter quand la passion brûle le corps ?

Et comment espérer une résurrection différente de ce que l’être souffle.

Il faut savoir voir les choses en face et les comprendre sans désaccord.

C’est facile à dire, mais à faire ? Les mots s’essoufflent,

Les yeux se fixent sans serment et ne peuvent plus se détacher,

A quoi bon lutter quand rien ne peut les séparer même une seconde.

La bouche forme une touche, les doigts hésitent, les tempes brûlent, le temps disparaît...

Et enfin les mots coulent avec fracas, plissant le front de crainte d’une réaction immonde.

Parfois la réaction est bonne, dans d’autre cas...

Alors on pleure sa bêtise et cette grande idiotie bien à soi.

Les portes claquent, les objets explosent, les soupirs augmentent avec fracas.

Et dans cette mélancolie indéfendable, on se plaint, restant à crever sous son toit.

Mais lorsque la réaction est toute différente et que l’âme voisine répond à l’invitation,

On peut hurler sa joie et l’envoyer au ciel fidèle dans une danse folle.

Les tensions s’évanouissent alors, prononçant dans leur grandeur de douces innovations.

Les mains s’unissent, les pieds décollent du sol, formant dans l’air une étrange farandole.  

Cette petite phrase tous la connaissent. Vous et moi,

Eux et même les plus incorrigibles travaillent son sens intact.

Ces mots infaillibles forment sur les poitrines une mystique croix.

Pourtant les avez-vous prononcé un jour ? Avez-vous perpétué cet acte ?

Une petite phrase, quelques mots simples, un murmure qui s’enfuit :

Je t’aime.

©2013, Nessendyl
Son site
Sa page facebook

 

Du rafinement avec Alexandra Gabrielli Kuhn et son papier découpé :

DSC_0943

©2013, Alexandra Gabrielli-Kuhn
Son blog

 

Et je clos le bal avec un petit croquis que j'avais prévu de mettre au propre et en couleurs pour l'occasion mais que je n'ai pas pu terminer par manque de temps :

 

st valentin pour tous001

Mais comme je voulais finir sur une touche de couleurs, je vous propose une photo de ces quelques créations dernièrement réalisées pour la boutique H2omme, dans laquelle j'expose actuellement (15 Grande rue de la Croix-Rousse - Lyon) :

P1100467

©2013, Thaïs AUBERT
Mon book
Ma page facebook

 

J'espère que le voyage vous a plu ;)

A l'année prochaine !! 

 

Si vous m'avez envoyé une participation et qu'elle n'apparait pas c'est que je ne l'ai pas trouvée dans mes mails ou alors que je vous ai oublié sans le vouloir, dans ce cas n'hésitez pas à me contacter, de même si une information est erronnée, j'apporterais les modifications necessaires. Merci